Pourquoi camarade?

Cher Jihed,

J’ai hésité à la forme que devait prendre ma réponse, mais allons pour une forme hybride. Tout d’abord je dois te dire que j’apprécie l’initiative de réponse, et la tentative d’honneteté intellectuelle du lien de mon article. Je rends donc la pareille pour ceux qui voudraient lire l’article de Jihed.

En premier lieu, il serait plus honnête Jihed de ne pas prétendre que tu cherches à “garder ton sang froid pour ne pas sombrer dans les émotions et les fausses interprétations qui débouchent généralement sur une compréhension erronée des problématiques et un jugement trop sentimental”, car ce n’est pas le cas. Ne faisons pas croire qu’il est possible de “laisser nos convictions idéologiques et nos croyances religieuses”, car tu ne le fais pas, et c’est précisemment de nos convictions idéologiques que nous traitons. Tu le reconnais d’ailleurs à demi-mot puisque tu dis au sujet des palestiniens “on ne peut plus garder sa neutralité et forcément la compassion nous gagne”

Pour ma part, dans l’article Mes pensées se bousculent j’accepte (et c’est d’ailleurs la raison de ce titre) que mes réactions sont imparfaites, et qu’il ne s’agit pas d’un essai mais bel et bien du partage de sentiment et de ressenti. Au vu des réactions de certain de mes amis musulmans, j’ai senti que le sujet principal de l’article, à savoir la conclusion (comme souvent) n’était pas clair pour l’ensemble des lecteurs. Je la remets donc ici:

“La France et ses alliés doivent déclarer la guerre et éradiquer cette menace. Chacun a le devoir de combattre l’ignorance, les fausses idées, et l’intolérance.

Soyons fiers de notre pays et de nos valeurs à nouveau.”

J’ai dans un souci de clareté – et de gain de temps – choisit d’écrire un second article: Engageons Nous en tentant de préciser ma pensée et c’est pourquoi je fais le choix de ne pas répondre à ton article point par point comme je pourrais le faire. Je choisis de ne pas te donner de leçon d’histoire, mais simplement te rappeler le principe de l’open source de Wikipédia, où on trouve à boire et à manger. Je choisis de ne pas te répondre pour une raison simple: tu t’es trompé de sujet, mec. Je ne suis pas venu parler ou débattre du conflit israélo-palestinien, qui nous dépasse bien tous les deux. (Allez, je ne peux pas m’en empecher.. Simplement, s’il te plait, en tant que bon camarade, lis la charte du Hamas, va en Israel, rencontre des juifs israéliens, religieux, laiques, orthodoxes, de droite et de gauche,  des arabes israéliens, des palestiniens, des soldats même). Mais je m’égare, ce n’est pas le but, puisque comme tu le vois, le titre que j’ai choisi est Pourquoi?  Ce que je choisis de faire c’est me demander, et t’inviter à te poser les memes questions:

Pourquoi?

Pourquoi est ce que tout ce que tu retiens de ces deux articles,  c’est la cause palestinienne ? Pourquoi ce besoin de rappeler dans ton article ma bio? Pourquoi d’ailleurs n’utiliser que le début ou je mentionne mon judaisme et mon sionisme mais pas l’intégralité? “Zach Lahmi a 23 ans, entrepreneur en devenir, juif, francais, sioniste, il croit en l’importance de l’engagement et du combat d’idées dans un monde ou la nuance et la perspective se font rares”? 

Pourquoi toutes ces questions suggestives sans aucune réponse en première partie? Pourquoi poser des questions rhétoriques et inviter à “réviser un peu d’histoire” et ne revenir que sur Israel? Pourquoi ces points godwin (parler de la Shoah quand le sujet n’a rien a voir)? Pourquoi cet intérêt continu pour Israel et ce que tu crois être la cause palestinienne? Pourquoi cette compassion séléctive qui oublie les victimes des autres conflits, les massacres de Boko Haram? Pourquoi insister autant sur ce conflit quand mon appel est avant tout national?  Pourquoi cette phrase “Qui sème le vent, récolte la tempête” ?

Comment me présenterais-tu sans l’aide de ma bio? Que retiens tu des de Mes pensées se bousculent et d’Engageons Nous ? Et surtout, Pourquoi?

Je n’attends pas de réponse tout de suite, parce que ces questions il faudrait que tu te les poses longtemps pour avoir ne serait ce qu’un début de réponse. Il faudrait etre capable de se remettre en question, d’accepter de pouvoir se tromper et ne pas avoir de vérité absolu, comme j’essaye de le faire.

Bonne introspection camarade.

Zach